Etre mieux organisé(e)

Planifier ses repas, oui mais comment on s’y prend ?

Vous avez aimé mon article « 6 avantages à planifier ses repas » et vous êtes convaincu(e) qu’il faut mettre en application ce plan d’attaque. Bravo, vous verrez vous n’y trouverez que des avantages. Je vais donc vous dévoiler les étapes pour réussir cette organisation.

Avant toute chose : définir un jour pour établir le menu

Je ne vais pas vous mentir, l’exercice ne va pas durer 5 minutes. Alors à vos emplois du temps, voyez le créneau de la semaine qui sera le plus approprié pour toute la famille et collez-vous y. Vous verrez, avec le temps vous irez de plus en plus vite et surtout, une fois que vous aurez élaboré quelques menus, ne les jetez surtout pas, vous pourrez les réutiliser en faisant un roulement.

Côté matériel, équipez-vous d’un crayon et d’une feuille ou un tableur (type Excel) si, comme moi, vous préférez utiliser l’informatique pour effacer, déplacer, dupliquer, … plus facilement.

Préparer la trame du menu, il s’agira d’un tableau avec une case pour chaque repas de la semaine (midi et soir ou seulement le soir si tout le monde mange à l’extérieur le midi).

Une connexion Internet sera appréciée également afin de chercher quelques idées ou encore vérifier les ingrédients de quelques recettes.

Etape 1 : déterminer les repas

Ah, incontestablement l’étape la plus difficile c’est pourquoi on se la cale en premier, comme ça au moment où vous commencerez à en avoir marre il ne restera que les étapes faciles 😉 Aller courage ! Généralement on a peur de la page blanche parce qu’on a toujours tendance à manger la même chose et qu’on a peur de s’aventurer vers des recettes qui prennent trop de temps. Voici mes conseils pour cet exercice :

1. Lister un maximum de plats

En famille

Commencez par lister tous les plats que vous avez l’habitude de réaliser. Demandez à votre entourage proche de participer. Votre moitié qui mange parfois au resto avec le boulot a des idées, vos enfants s’ils mangent à la cantine ou vont parfois manger chez des copains ont probablement aussi des suggestions à vous faire.

Avec l’entourage

Intéressez-vous à ce que mange notre entourage. N’hésitez pas à demander à votre famille (parents, frères, sœurs, cousins, …), vos amis, collègues, voisins, qui sais-je encore, ce qu’ils ont prévu pour leur repas. Vous glanerez des idées supplémentaires et découvrirez probablement de succulents plats.

Grâce à Internet

Enfin, rappelez-vous qu’Internet est votre ami, il regorge de sites, blogs et autres articles proposant des recettes rapides à réaliser. N’hésitez pas à prendre 5 minutes de temps en temps pour allonger votre carnet de recettes.

2. Classez les plats que vous avez listés

Faites un tableau avec 2 colonnes : une pour les plats que vous privilégiez pour le midi et l’autre pour ceux que vous mangez plutôt le soir. Pour ma part, je ne mange jamais de soupe le midi, parce que ce n’est pas pratique à emporter dans une lunch box et aussi parce qu’il est recommandé de manger plutôt liquide le soir pour le bien de notre organisme. Par ailleurs, j’essaie de ne pas manger de viande et poisson le soir pour préserver un peu la planète et réduire ma consommation de protéines animales que je les remplace par des légumineuses, oléagineux et céréales telles que le quinoa, riches en protéines. Chacun a ses propres habitudes, n’hésitez pas à adapter le tableau s’il vous semble inutile de faire deux colonnes ou, à l’inverse, si vous souhaitez en faire davantage.

En lignes listez des catégories : entrées, soupes, salades, plats complets, mijotés & plats en sauce, accompagnements, viandes, poissons (ou végétarien), desserts, …

Vous pouvez ensuite apposer une marque devant les plats rapides à préparer (30 min maxi). Surlignez, soulignez, dessinez une étoile, … à vous de choisir le format, le but étant d’identifier rapidement les plats « express ». Personnellement je prévois les repas rapides pour la semaine et des repas un peu plus élaborés pour le weekend, à chacun d’adapter selon ses contraintes.

Etape 2 : valider le planning

Pour ne pas gaspiller il est important de dresser le planning avec le nombre de repas à préparer. Le soir généralement toute la famille dîne ensemble (à confirmer) mais le midi les enfants sont sûrement à la cantine, peut être que chéri(e) a un repas avec le boulot tel jour et n’emportera pas de lunch box, peut être que vous bénéficiez d’une cantine sur votre lieu de travail et ne cuisinez jamais pour le midi en semaine, samedi on est invité chez papi et mamie, jeudi midi l’aîné a une sortie avec sa classe il doit emporter un pique-nique, mardi soir le/la préposé(e) aux préparation de repas est à son cours de sport il faut prévoir quelque chose d’ultra rapide, vendredi c’est jour des courses alors idem parce qu’il va déjà falloir se garder du temps pour tout ranger…

Cette étape sert non seulement à valider le nombre de portions à préparer pour chaque repas mais également à vérifier le temps dont vous disposerez pour préparer les repas. Inutile de prévoir la préparation d’un couscous si vous n’avez que 20 min à consacrer à la cuisine.

Même lorsque vous réutiliserez d’anciens menus, prenez toujours 5 min pour vérifier cela et adapter votre liste de course en conséquence.

Dans le tableau préparé précédemment, indiquer pour chaque case repas :

  • le nombre de parts à préparer (barrer si personne ne mange)
  • le temps à consacrer à la préparation.

Etape 3 : compléter le planning

A ce moment de l’exercice vous avez fait le plus difficile mais il faut rester concentré(e) encore un petit peu pour établir un planning qui soit à la fois cohérent avec vos contraintes personnelles et équilibré.

A l’aide du classement des plats effectué à l’étape 1, remplissez le planning préparé à l’étape 2 en veillant bien à positionner :

  • des repas express dans les cases pour lesquelles vous savez que vous aurez peu de temps à consacrer à la préparation.
  • des repas équilibrés sur la journée (on ne prévoit pas pâtes à la carbonara le midi et quiche lorraine le soir ça ferait un peu trop de lardons et de crème pour la même journée, vous ne croyez pas ?) et variés sur la semaine (on évite de prévoir du riz 4 fois par semaine, on essaie d’avoir à l’esprit qu’il existe d’autres féculents : blé, boulgour, maïs, … légumes secs et légumineuses, pommes de terre).

Etape 4 : déterminer la liste de course

Une fois le menu de la semaine validé il faut lister les ingrédients dont on va avoir besoin pour préparer les repas et ceux qu’il faudra ajouter à la liste de course. Pour cela

  • Passez en revue l’ensemble des plats que vous avez ajouté au planning et listez les ingrédients nécessaires.
  • Regarder dans les placards, le congèle et le frigo si on a déjà ces ingrédients en stock. Si c’est le cas barrez le(s) ingrédient(s) concerné(s) sinon l’effet « anti-gaspi » de cette organisation serait annulé, ce serait dommage.
  • Faire les courses : définir les créneaux les plus appropriés surtout si vous procédez en plusieurs temps. Personnellement je fais mes courses de produits frais (fruits, légumes, poissons, viandes) dans une enseigne car je préfère les choisir et un drive pour tout le reste car ça m’évite de perdre du temps dans un supermarché et qu’en plus j’évite la tentation des produits mis en tête de gondole et dont j’aurai très bien pu me passer. Mais certains iront peut être chez le boucher + chez le poissonnier + au marché pour les fruits et légumes + au centre commercial pour d’autres produits, … A chacun de s’organiser au mieux pour que cela ne devienne pas non plus trop chronophage.

Autres conseils

Optimiser

Pour tirer profit du travail que vous avez réalisé en suivant cet article ne jetez surtout pas vos menus, gardez les jusqu’à en avoir 5 ou 6 menus et resservez-vous en en boucle. Si vous avez pris soin de varier les repas alors il n’y a aucun risque de lassitude à retrouver le même menu d’un mois sur l’autre. Et puis parfois on peut facilement faire quelques adaptations : si vous aviez prévu des lasagnes à la bolognaise en semaine 1 vous pourrez prévoir lasagnes saumon épinards en semaine 5 sans que cela ne demande un trop gros effort de réflexion.

En plus de gagner du temps sur la création du planning vous gagnerez du temps sur les courses puisque la liste est déjà prête elle aussi (sauf éventuelles modifications telles que je viens de citer).

Comme il y a généralement 4 semaines dans un mois je suggère de préparer 4 menus + un 5ème avec des plats qui sortent un peu de vos habitudes (des spécialités étrangères par exemple) ou des plats de saison.

Toutefois, dans l’idéal et pour les plus inspiré(e)s, je préconise d’avoir 4 menus pour chaque saison.

Congélateur

Si vous avez suffisamment de place, je ne peux que vous recommander d’investir dans un congélateur. Pas pour y stocker des légumes achetés surgelés (ils contiennent des ajouts de sel pour la conservation et perdent souvent leur qualité nutritionnelle sous cette forme), ni même pour pouvoir acheter des tonnes de glaces 😉 Non, l’intérêt est de pouvoir cuisiner en plus grande quantité et de mettre des portions au congèle pour une autre semaine.

Si vous n’avez qu’un petit compartiment congèle, essayer d’avoir tout de même un ou deux plats d’avance, c’est bien pratique quand on a un contre-temps.

Le problème avec le congélateur, c’est qu’on oublie facilement ce qu’il y a dedans. Alors gardez une liste quelque part (feuille scotchée dans la porte d’un de vos placards de cuisine par exemple) et dès que vous avez un conflit de planning (= pas de possibilité de cuisiner tel soir) prévoyez de décongeler l’un de vos plats.

Lunch box

Quand on doit préparer pour le soir et également le midi (pas de cantine au boulot, pas de tickets resto, …) on peut prévoir en plus grosses quantités afin d’avoir le repas du lendemain midi déjà prêt. Personnellement je n’aime pas beaucoup manger 2 fois la même chose dans la semaine alors j’ai tendance à préparer en plus grande quantité mais à congeler pour la semaine suivante. Je ne congèle pas nécessairement le repas au complet, souvent uniquement la viande/le poisson en sauce + les légumes et pour le jour J je fais cuire l’accompagnement.

Par exemple, si j’ai fais des spaghettis bolognaise pour le mardi soir je vais prévoir la sauce en plus grande quantité pour pouvoir la congeler mais je ferai cuire seulement la quantité de spaghettis nécessaire pour mon repas du mardi soir. Lorsque je prévoirai d’emporter des pâtes à la bolo pour mon repas de midi je referai cuire des pâtes la veille au soir (pendant que je serai à table pour gagner du temps) et sortirai mon tupper de sauce du congèle. Je ne congèle pas les féculents parce que ce n’est pas le plus long à préparer alors inutile d’encombrer le congélateur avec ça et également parce que je trouve qu’une fois décongelé la texture est moins bonne.

Pour les repas à emporter, penser à prévoir des plats qui peuvent facilement être transportés et réchauffés.

En résumé

Si vous lisez ce paragraphe c’est que vous n’avez pas fui dès la première étape, cela me rassure et je vous félicite pour votre détermination. Je suis bien consciente que cette organisation demande des efforts au départ, comme tout changement d’habitude. Mais comme toute nouvelle habitude également, vous verrez que cela vous prendra de moins en moins de temps avec la pratique et je suis persuadée qu’en voyant les bénéfices que cela va vous apporter vous ne pourrez plus fonctionner autrement.

Alors courage, pendant 1 mois forcez-vous à prendre 1 heure, voire 1h30 par semaine pour faire votre menu et préparer la liste de courses associée. Si l’exercice vous plaît poursuivez sinon gardez précieusement vos menus + listes de courses et ressortez les pour le mois d’après. Pensez aux avantages que vous allez en retirer (voir l’article « 6 avantages à planifier ses repas ») et vous verrez qu’il n’y a aucune bonne raison de ne pas le faire.

Et vous, comment organisez-vous les repas de la semaine ? Est-ce que vous avez des idées de recettes express à nous partager ?

Author

angee.myblog@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *