développement personnel
Etre mieux dans ma tête

Le développement personnel, c’est quoi ?

Depuis quelques années on entend beaucoup parler de développement personnel et les ventes d’ouvrages sur le sujet ont explosé. Mais à qui s’adresse cette démarche et en quoi consiste-t-elle ? Je vous explique tout juste ici.

De quoi s’agit-il ?

Le développement personnel provient d’un courant de pensées destiné à améliorer notre connaissance de nous-même et à valoriser nos talents et potentiels (compétences, capacités, valeurs et atouts). Le but étant de s’appuyer sur cela pour vivre en meilleure harmonie avec nous-même et notre environnement mais aussi pour réaliser nos aspirations et nos rêves. Le développement personnel permet d’opérer une véritable transformation de soi, de débloquer une version 2.0 de nous-même en quelque sorte. Tout le monde est donc potentiellement intéressé par le développement personnel.

Il est également utilisé pour traiter des points spécifiques comme se débarrasser de certaines pathologies (manque de confiance en soi, anxiété, phobie, …) ou améliorer ses performances (en communication, en gestion du temps, …).

S’il est très populaire ces dernières années, il est également très critiqué car beaucoup de gens se disent coach dans cette discipline sans nécessairement avoir de diplôme et comme le développement personnel consiste à agir sur l’esprit (on peut même dire à le « manipuler ») certains considèrent qu’il y a une forme de dérive sectaire dans tout ça.

La démarche est certes très puissante, mais pour être efficace il faut bien évidemment qu’elle soit volontaire. En effet, si l’on peut facilement adhérer à la méthode sur le papier, en pratique il est clair qu’il est plus difficile de la mettre en place car elle nécessite des changements importants, une réelle remise en question. Alors je pense, pour ma part, qu’avec un peu de vigilance et de prise de recul il n’y a pas de risques à être accompagné par un coach. Et puis la démarche peut également être initiée seul au travers de méthodes et exercices plutôt simples.

« Tout ce que vous êtes ou deviendrez est le résultat de l’utilisation de votre esprit. »

Napoleon Hill – auteur américain sur le développement personnel 1883 – 1970

Le principe de fond est simple, il consiste à abandonner les idées négatives et à les transformer (par la reformulation) en pensées positives, mais aussi à gagner en confiance en soi pour atteindre son objectif de vie.

Comment on s’y prend ?

Le développement personnel est constitué d’une multitude de pratiques mais on pourrait en synthétiser les différentes étapes comme ceci :

1. Faire le point sur soi

Dans un premier temps, il est indispensable de faire le bilan de sa vie en regardant notamment si nos comportements et actions, sont en cohérence avec nos aspirations profondes. Nous ne pouvons être heureux que si nous sommes alignés avec nos valeurs. Encore faut-il savoir quelles sont nos valeurs.

Définir ses principales valeurs

Nous allons donc démarrer une véritable introspection, sorte d’auto-évaluation qui devra permettre de définir nos valeurs et nos aspirations. Il faudra définir précisément ce que l’on souhaite atteindre à court, moyen et long terme, ce que l’on n’aime pas, nos caractéristiques personnelles et nos besoins. Notre but dans la vie.

Pour aider à identifier nos valeurs il suffit de chercher une liste sur Internet, de la parcourir et de retenir celles dans lesquelles on se reconnait le plus. On peut commencer par en sélectionner une dizaine puis affiner l’analyse pour les classer par ordre de priorité et ne retenir que les trois principales. Pour cette dernière étape on peut notamment comparer les valeurs deux à deux en gardant à chaque fois la plus forte.

Réfléchir sur soi n’est pas un exercice facile. Pour nous aider à focaliser notre attention sur nous-même il peut être utile de passer par des exercices tels que la méditation ou encore la technique énergétique issue de la tradition hawaïenne ho’oponopono. Le but de cette dernière est justement de se connaître soi-même pour atteindre paix et liberté. Nous en reparlerons dans un prochain article mais rapidement : il s’agit de se libérer de ses pensées limitantes pour savoir qui l’on est réellement, quelles sont nos véritables croyances et valeurs. En pratique on tente de rassurer et aimer notre enfant intérieur pour nous alléger et libérer nos mémoires notamment en répétant « désolé, pardon, merci, je t’aime ».

Une fois nos valeurs listées on peut définir, en une phrase qui nous inspire, notre objectif. Cette phrase sera répétée le plus souvent possible (dès le réveil et au coucher est un minimum), tel un mantra, pour ne pas perdre de vue ce que l’on souhaite atteindre. C’est elle qui guidera nos décisions et choix au quotidien à partir de maintenant. On peut aussi l’écrire sur nos fonds d’écrans, sur notre frigo, … pour être sûr de le voir fréquemment et même y associer des images.

Identifier ses croyances limitantes

Si on est persuadé qu’il est impossible de le faire, il est certain qu’on aura du mal à changer les choses. Il faut donc passer par cette étape d’identification des croyances qui nous caractérisent de par notre environnement familial et l’environnement dans lequel on a évolué. Après avoir listé les croyances et préjugés hérités de nos parents, amis, collègues, ceux inhérents à notre catégorie socio-professionnelle, … il faudra essayer de les classer selon qu’ils nous aident à aller vers notre objectif ou non. Il faudra également essayer d’éliminer ceux qui nous freinent dans l’accession à notre objectif (voir l’article Les croyances limitantes, comment les mettre K.O. et reprendre sa vie en main).

« C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante. »

Paulo Coehlo – romancier et interprète brésilien né en 1947

2. Faire le point sur ses actions et compétences

Analyser son comportement et ses actions

Pour savoir si l’on agit en cohérence avec nos aspirations on peut notamment lister les activités quotidiennes qui nous prennent le plus de temps et les classer selon qu’elles sont en accord avec les valeurs que l’on a définies précédemment ou non. Si aucune ne correspond à nos valeurs, il va falloir mettre en place des changements importants mais il ne faut pas être effrayé à cette idée, nous allons voir par la suite que les choses se feront étape par étape.

Faire le point sur ses potentiels et compétences

Il s’agit de faire le bilan de ses réussites et de ses échecs, de ses qualités et défauts mais aussi de ses forces et faiblesses. On peut commencer par lister nos passions, expériences professionnelles et personnelles mais aussi nos savoir-faire et savoir-être et essayer d’en ressortir, sans aucun jugement, les potentiels et compétences qui en découlent (des listes disponibles sur Internet peuvent à nouveau aider sur cette partie de l’analyse). Avec le recul, vous constaterez que les « échecs » sont en réalité des leçons de vie, des apprentissages, quelque chose de bon en est forcément ressorti, à vous de définir ce que c’est pour chaque cas. Ensuite, mettre en évidence celles qui sont utiles pour atteindre notre objectif. Cet exercice permet, au passage, de gagner en confiance en soi, mais aussi de définir comment on va pouvoir mettre à profit ce que l’on a déjà acquis pour atteindre notre objectif.

3. Définir un plan d’action

Maintenant que l’on se connaît mieux et que l’on sait où on veut aller (quel est notre objectif), on va pouvoir passer au plan d’attaque en gardant en tête qu’il faudra avancer quoi qu’il arrive. Toute cette étape va avoir pour but de dévier sa trajectoire de quelques degrés pour lui faire emprunter le chemin que l’on a défini plus haut.

Le plan doit être accessible

Il faudra établir un plan fait de petites étapes facilement réalisables. Si une étape est jugées trop complexe à mettre en place il faudra la décomposer en une succession d’étapes simples. Le développement personnel demande des efforts, c’est pourquoi il est crucial de bien respecter cette règle. Si l’on veut faire trop de changements d’un coup on risque d’abandonner à la première difficulté rencontrée.

L’avancement doit être mesurable

Pour un projet de vie comme dans n’importe quel projet il faut être à même de mesurer notre avancement vers l’atteinte de notre objectif. C’est pourquoi le plan devra être quantifiable, avoir une date de début et de fin ainsi que des dates jalons. C’est comme cela que l’on peut vérifier que l’on est sur la bonne voie et, quand nécessaire, rectifier la trajectoire.

Accepter les changements

Comme je l’ai dit en introduction le développement personnel entraîne une transformation de soi. Cela ne pourrait être possible sans opérer le moindre changement au quotidien, sans oser sortir de sa zone de confort. Alors il faudra faire l’effort d’intégrer des petites modifications qui jour après jour deviendront de bonnes habitudes, acquises dans notre nouvelle routine de vie. Le maintien de ces efforts dépendra de la faculté à garder son objectif en tête quoi qu’il arrive.

Rester enseignable

Rester enseignable c’est continuer à se former tout au long de sa vie pour augmenter ses compétences et potentiels notamment sur les sujets qui vont permettre d’atteindre un objectif. Trop souvent on arrête d’être enseignable une fois notre cursus scolaire terminé. On compte parfois sur notre entreprise pour nous former mais il faut être honnête, ce n’est pas avec les plans de formation que la plupart nous proposent que l’on va beaucoup progresser, il faut surtout compter sur soi-même. Je ne parle pas nécessairement de suivre des formations mais tout simplement de se documenter, d’assister à des séminaire, de lire un maximum de livres, articles, blogs, magazines, … sur les sujets qui nous intéressent. Il s’agit d’investir sur soi et, en plus d’augmenter nos compétences, cela permet de remettre en question les croyances et garder l’esprit ouvert pour sortir de sa zone de confort plus facilement par la suite.

4. Passer à l’action

C’est une expression courante en développement personnel, on la retrouve dans tous les coachings et dans de nombreux ouvrages car c’est LA CLE de la réussite. Si l’on ne démarre pas la moindre action il est clair que l’on n’obtiendra pas le moindre changement. Ça semble évident et pourtant c’est souvent ce que l’on n’arrive pas à faire.

« Les seules limites de nos réalisations de demain, ce sont nos doutes et nos hésitations d’aujourd’hui ». « Tout au long du chemin, on construit sa vie et l’on se construit soi-même. Les choix que l’on fait sont au bout du compte de notre seule responsabilité ».  

Eleanor Roosevelt – épouse de Franklin Denalo Roosevelt qui a été la première à rendre le rôle de Première dame actif (1884-1962)

Porter attention aux choix que nous faisons

Nous l’avons déjà abordé dans un précédent article, il faut avoir conscience de l’importance du moindre choix que l’on fait au quotidien et n’en négliger aucun. C’est l’ensemble de nos choix qui contribue à tracer notre chemin et de la même manière, ne pas prendre certaines décisions a un impact, on parle du coût de l’inaction. Ce coût correspond aux regrets qui vont résulter d’une décision qui n’a pas été prise.

« On a toujours le choix. On est même la somme de ses choix. »

Joseph O’Connor – Écrivain irlandais né en 1963

Se jeter à l’eau sans attendre

Dès que le plan d’action est prêt il faut démarrer, même si on a l’impression que certaines choses ne sont pas prêtes. C’est souvent le plus difficile à faire car on a tendance à se chercher des tas d’excuses pour ne pas faire le premier pas mais attention, perfectionnisme est synonyme de procrastination.

« Celui qui ne veut agir et parler qu’avec justesse finit par ne rien faire du tout ».

Friedrich Nietzsche – philosophe allemand ayant notamment fait la critique de la culture occidentale et de ses valeurs morales, politiques et religieuses (1844-1900)

Ce qui explique un tel comportement est bien souvent la peur d’être confronté à des difficultés et même d’échouer mais là encore il faut supprimer certaines croyances limitantes. Comme nous l’avons dit plus haut, l’échec est souvent considéré à tort comme quelque chose de négatif alors qu’il faudrait systématiquement le voir comme « une tentative« , de laquelle on retient un apprentissage qui nous permet de rectifier le tir. Il faut donc se lancer puis vivre un jour après l’autre, étape par étape.

« Qui ne se plante jamais n’a aucune chance de pousser ».

Proverbe arabe

Etre attentif aux opportunités qui se présentent

Nous en avons parlé dans l’article concernant la loi de l’attraction (Découvrez le pouvoir de la Loi de l’Attraction), lorsque l’on agit de façon positive on attire à nous des choses positives. Il faudra donc commencer par avoir une attitude optimiste et ensuite être attentif et savoir identifier les opportunités qui se présentent. Une fois démasquées il faudra estimer si l’on doit les saisir ou non. Cela demande une certaine ouverture d’esprit. Il faut être observateur et savoir écouter ses émotions (on parle d’intuitions). De la même manière, il faut aussi ne pas hésiter à provoquer des opportunités, en tentant des choses, en demandant (un conseil, un service, …) aux autres, … Il faut oser, sans avoir peur de la réponse.

« 100% des choses qu’on ne tente pas échouent. »

Wayne Gretzky – joueur de hockey sur glace canadien, né en 1961

Choisir les personnes qui nous entourent

Nous en avant déjà parlé dans un article précédent, nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous côtoyons le plus. Par conséquent, si l’on veut rester motivé et focalisé sur notre objectif il faudra éviter les personnes qui pensent que l’on ne peut pas changer les choses, que l’on est condamné à subir la vie, … Et à l’inverse il est recommandé d’identifier un mentor (professeur, écrivain, personnalité, influenceur, coach, collègue, ami,…) qui est parvenu au résultat que l’on souhaite atteindre et qui pourra ainsi nous faire bénéficier de son expérience. Si ce n’est pas quelqu’un de notre entourage proche il n’est tout de même pas interdit d’essayer de prendre contact avec la personne pour la questionner, il ne faut pas que cela soit un frein (ou une excuse pour ne pas poursuivre le projet).

Booster l’estime et la confiance en soi et rester calme

Pour parvenir à l’objectif fixé il est certain qu’il y a aura des jours avec et des jours sans. Il faudra sans cesse trouver des moyens de maintenir un haut niveau de motivation et pour cela il faudra être capable de trouver calme et confiance en soi. La clé réside dans le fait d’avoir un état d’esprit serein et positif. Pour cela on peut s’aider du yoga, de la sophrologie ou encore de la méditation (voir l’article Quelles sont les différentes techniques de relaxation ? et les articles associés).

On peut également tester de nouvelles pratiques comme le hygge. Il s’agit d’une pratique danoise reposant sur le sentiment de bonheur que l’on trouve dans les choses simples, l’état de bien être que l’on peut ressentir à chaque petit moment du quotidien (se rapproche de la pleine conscience qui consiste à savourer chaque instant).

En suivant les étapes que nous venons de voir il est tout à fait possible de changer sa vie. Ne croyez pas que cela se fera en un claquement de doigts mais soyez certain(e)s que lorsque l’on est déterminé on peut accomplir de grandes choses. Il faut seulement savoir avec précision ce que l’on veut, définir le plan d’attaque puis maintenir son cap coûte que coûte.

Si vous avez entrepris de changer votre vie, faites nous part des astuces que vous avez utilisées pour parvenir à votre objectif. Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées ?

« Vivre de rêves ou rêver de vivre… Fais ton choix ! »

J.F. Roiseux

Author

angee.myblog@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *