trèfle à 4 feuilles
Etre mieux dans ma tête

Finalement, c’est quoi le bonheur ?

Amour, famille, bien-être, argent, pouvoir… Tout le monde cherche le bonheur, mais finalement qu’est-ce que c’est et comment pouvons-nous l’atteindre ?

C’est quoi le bonheur ?

Psychologues, sociologues et philosophes ont donné des définitions diverses et variées de cette notion. Si l’on devait synthétiser les différents courants de pensées on aurait les « pessimistes », pour qui il est difficile (Rousseau, Pascal), voire impossible (Schopenhauer, Freud) d’atteindre une complète satisfaction (autrement dit, le bonheur), et les « optimistes » qui pensent que c’est possible (Spinoza, Montaigne, Diderot), voire facile (Épicure). Mais au final tout cela semble plutôt abstrait et flou.

La définition du bonheur telle que l’on peut la trouver sur Wikipédia et qui est plutôt claire est la suivante : c’est un « état émotionnel agréable, équilibré et durable dans lequel se trouve quelqu’un qui estime être parvenu à la satisfaction des aspirations et désirs qu’il juge importants. Il perçoit alors sa propre situation de manière positive et ressent un sentiment de plénitude et de sérénité, d’où le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents ».

Ce que l’on comprend au travers de cette définition c’est que le bonheur est propre à chacun puisque chaque individu a des désirs différents qui découlent de ses valeurs, son histoire, son éducation, ses centres d’intérêt, sa culture, … Cette précision est important car beaucoup cherchent à atteindre le bonheur en suivant la voie empruntée par une personne qu’ils admirent ou encore essaient d’atteindre un idéal qui leur est dicté inconsciemment par les autres. Quand je dis « les autres » je pense à l’entourage (dont les parents) mais également à notre société économique qui chaque jour éveille de nouveau désirs en nous pour nous pousser à consommer.

Il faut donc définir quels sont nos désirs propres avant de courir après des idéaux inaccessibles qui mèneront à la souffrance. Mais quels sont les différents désirs que convoite l’Homme ? Là encore, quand on parle de désir on entre dans des définitions assez complexes. Cela peut être un objet, une chose, un être, une situation qui, on l’estime, nous permettra d’atteindre la pleine satisfaction.

Il est également important de souligner que le bonheur a un impact direct sur la santé. En effet, quand nous sommes heureux notre tension et notre rythme cardiaque diminuent, notre système immunitaire est meilleur et nous récupérons plus facilement après une opération. Les endorphines produites agissent comme un antidouleur et diminuent le cortisol qui est l’hormone du stress.

 « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ».

Voltaire – écrivain et philosophe français qui a marqué le XVIIIe siècle

Il est où le bonheur ?

Que penser de l’adage « l’argent ne fait pas le bonheur » ?  Eh bien, des études ont révélé que les pays abritant les personnes les plus heureuses ne sont pourtant pas des pays très riches (Costa Rica notamment). Dans les pays capitalistes nous avons été conditionnés pour accorder énormément d’importance à la consommation, à l’argent, au pouvoir ou encore au statut mais les études montrent qu’une augmentation de salaire ne permet pas l’augmentation du niveau de bonheur et que les personnes qui surconsomment ne sont pas plus heureuses, au contraire puisqu’elles développent anxiété et dépression.

Alors qu’est-ce qui permet de se sentir bien ? Au cours de diverses études il ressort que l’état durable de plénitude des individus dépend de critères tels que les valeurs défendues, la santé, la spiritualité, le fait de disposer d’un emploi, l’épanouissement au sein de leur entreprise et de leur poste, le sentiment de sécurité, la vie de famille, la vie sociale et la confiance que l’on accorde aux autres, le temps disponible pour les loisirs ou encore les objectifs à atteindre.

Les sources de bonheur ne manquent pas et il est conseillé de s’invertir dans différentes car en cas de disparition de l’une d’entre elles (rupture amoureuse, chômage, …) il faut s’attendre à beaucoup de souffrance.

Certains disent que l’on ne doit pas chercher le bonheur, qu’il nous tombe dessus et que l’on a seulement besoin de le reconnaître et l’accueillir. Mais pourquoi attendre, il faut aller le chercher au plus vite, en passant à l’action. Tout est question d’état d’esprit et pour cela il va falloir changer notre façon de voir les choses, ce que nous ressentons, nos actions quotidiennes. Cela va demander quelques efforts, car notre société n’a pas laissé beaucoup de place au développement de notre propre potentiel.

Je retiens donc que la notion de bonheur est assez difficile à définir tout simplement car Le Bonheur est propre à chacun. Que, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, un état de bien être durable ne passe pas par le fait d’avoir plus d’argent ou de posséder plus de choses matérielles mais plutôt par le fait de cultiver son propre potentiel.

« Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a ».

Paolo Coelho – romancier et interprète brésilien né en 1947

Je ne sais pas encore si le Bonheur peut véritablement être atteint mais je suis convaincue que l’on peut vivre dans le bien-être en équilibrant nos besoins vitaux, affectifs et moraux. A nous de nous donner les moyens de focaliser notre énergie sur ce qui rendra notre vie meilleure.

« Le bonheur c’est lorsque nos pensées, nos paroles et nos actes sont en harmonie ».

Gandhi – dirigeant politique et important guide spirituel de l’Inde et du mouvement pour l’indépendance de ce pays (1869 – 1948)

Et vous, que pensez-vous de la notion de bonheur, vous y croyez ?

Author

angee.myblog@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *