personne effondrée
Etre mieux dans ma tête

Pourquoi il est important de faire le bilan de sa vie

En guise d’introduction à mon blog vous allez découvrir à travers ce premier article pourquoi il est si importance de travailler sur les différents thèmes cités en « A propos » et pourquoi il est tellement important de faire le bilan de sa vie.

« C’est très important d’essayer de répondre à vos aspirations durant votre existence. Dès que vous perdez la santé, il est déjà trop tard. La santé apporte une liberté dont peu de gens ont conscience, jusqu’à ce qu’ils la perdent. »

Ceci est une citation de Bronnie Ware, une infirmière australienne qui s’occupe de patients en soins palliatifs. Elle a recueilli leurs témoignages aux derniers jours de leur vie et a rapporté les plus récurrents dans son livre « Les cinq plus grands regrets des personnes en fin de vie » – 2012 (version française disponible). Sur leur lit de mort, les gens regardent leur vie écoulée « avec clarté » et voici les regrets les plus souvent exprimés :

«J’aurais aimé avoir le courage de vivre comme je voulais, et pas de vivre la vie qu’on attendait de moi»

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir si ce que vous vivez est bien l’aboutissement de vos envies propres ou si vous n’êtes pas plutôt influencés par ce que les autres attendent de vous ? Par « les autres » j’entends votre famille, vos amis et surtout la société de consommation qui nous fait miroiter une sorte d’idéal de vie à atteindre (critères de beauté, argent, succès, nombre de followers et de likes,  …). J’entends beaucoup de gens se plaindre de leur situation mais que font-ils pour en sortir ? La plupart du temps nous préférons rester dans notre zone de confort car nous avons peur de faire ces choix qui peuvent changer notre vie.

Prendre conscience que notre vie résulte des choix que nous faisons est déjà un bien grand pas. Ensuite il est impératif de savoir pourquoi nous faisons ces choix. Nous devons identifier nos aspirations profondes (nous verrons comment, notamment avec le développement personnel) et prendre les décisions qui nous permettent de les atteindre.

«Je regrette d’avoir travaillé si dur»

C’est un témoignage recueilli surtout auprès d’hommes car le plus souvent c’est eux qui subvenaient aux besoins financiers de la famille. Ils regrettent de ne pas avoir vu leurs enfants grandir et de ne pas avoir passé suffisamment de temps avec leur compagne.

Aujourd’hui, en France, les pères ont la possibilité de prendre un congé parental mais combien saisissent cette opportunité ? Les papas français ne seraient que 4% à prendre un congé parental contre 40% dans les pays nordiques ou au Portugal. La peur des préjugés, de la discrimination à l’embauche ou dans la carrière, les mentalités trop bien ancrées, sont autant de freins.

Ne connaissez-vous pas, dans votre entourage, des gens qui travaillent comme des forçats, sacrifiant leur vie pour mettre un maximum d’argent de côté dans le but d’en profiter … plus tard, à la retraite par exemple. Mais on oublie trop souvent qu’on n’a aucune assurance d’avoir droit à un « plus tard ». Pour ma part j’ai connu bon nombre de  personnes qui ont développé un cancer ou une autre maladie dans les premières années de leur retraites, voire dans les premiers mois et qui sont décédés subitement sans pouvoir profiter de ce fameux « plus tard ». Quel gâchis !

La valeur du travail est très présente dans notre société et certes il permet de gagner de l’argent pour accéder à la consommation mais ne dit-on pas que l’argent ne fait pas le bonheur ? Je pense qu’il est urgent de se demander si parmi tout ce que nous voulons acheter il n’y aurait pas des choses totalement futiles et du coup, si nous ne pourrions-nous réduire la cadence pour gagner moins mais vivre mieux.

Il faut prendre conscience de cette réalité et ne pas oublier que notre temps a également beaucoup de valeur. Il faut trouver le bon équilibre.

«J’aurais voulu avoir le courage d’exprimer mes sentiments»

Autant pour les sentiments d’amour que pour parler en toute franchise, est-ce que vous exprimez toujours vos sentiments ou bien préférez-vous les passer sous silence par peur du conflit ou par pudeur ?

Bronnie Ware ajoute qu’à ne pas exprimer ce que l’on ressent il en découle « des existences médiocres, avec des personnes qui n’ont jamais atteint leur potentiel » et que cela peut entraîner « des maladies liées à l’amertume et au ressentiment ». S’exprimer en toute franchise peut parfois amener des réactions virulentes mais au final cela renforce les relations et les rend plus saines.

«Je regrette de n’être pas resté en contact avec mes amis»

Pris dans votre routine, combien de fois cela vous est arrivé de remettre au lendemain un coup de téléphone que vous voulez passer à un ami, une visite que vous voudriez lui faire, … ?  Parfois lorsque l’on s’en aperçoit il est trop tard et on finit par regretter de ne pas avoir entretenu l’amitié.

L’amitié est un lien social très important pour notre existence, il faut la cultiver. Dans la société actuelle nous avons parfois tendance à être trop individualistes. Les réseaux sociaux et smartphones ont changé notre rapport aux autres, les relations sont maintenant plus virtuelles et perdent en authenticité.

«J’aurais aimé m’autoriser à être plus heureux»

Est-ce que vous gardez toujours du temps pour vous ? Je crois que, pris par nos responsabilités (professionnelles et familiales), on a tendance à s’oublier, à mettre notre satisfaction personnelle au second plan.

Notre vie est la somme de nos choix quotidiens, les plus petits soient-ils. Inutile d’attendre, le bonheur ne viendra pas frapper à notre porte, il faut aller le chercher en prenant chacune de nos décisions en pleine conscience. Il ne faut pas hésiter à être idéaliste, cela nous pousse à nous dépasser et il ne faut pas avoir peur du changement.

A travers ces passages du livre de Bronnie Ware on prend bien conscience qu’il est important de faire le bilan de notre vie. Il n’est pas utile d’attendre d’être sur notre lit de mort pour réaliser que l’on n’est pas sur le bon chemin, je suis certaine que vous vous êtes reconnus dans au moins un, si ce n’est tous, les regrets exprimés ci-dessus.

Et, si vous voulez tout savoir, j’ai pris un peu de temps pour faire ce bilan, et tous les regrets ont fait écho en ce qui me concerne. Avec un peu de recul je constate que mon parcours scolaire n’a pas totalement été un choix personnel et c’est comme cela que des années plus tard je me suis retrouvée à m’interroger sur les raisons qui m’avaient amenée à exercer ce métier qui ne me plaisait pas, à faire de longues études pour accéder à un statut dans lequel je ne me reconnaissais pas. Je pense que je l’ai fait principalement pour rendre fière ma famille. Nous verrons en développement personnel, que l’environnement dans lequel nous avons grandi conditionne grandement nos choix et décisions.

Moi aussi je regrette d’avoir travaillé dur, notamment pendant mes années d’études. Je n’ai pas assez profité de mes jeunes années et surtout, la tête plongée dans mes bouquins, je n’ai pas pris le temps de me poser les bonnes questions sur la direction que je faisais prendre à ma vie. Je n’ai pas pris non plus le temps de construire des relations solides et je remets toujours au lendemain les coups de fils que je veux passer, c’est comme cela que j’ai perdu contact avec beaucoup de mes amis.

Pour ce qui est d’exprimer mes sentiments, je n’ai pas eu besoin de ce bilan pour savoir que c’est un point que je dois absolument améliorer mais je ne sais pas encore par où commencer. Je compte bien creuser le sujet et vous faire part de mes découvertes dans un prochain article.

Enfin, il est clair que jusqu’à présent je ne me suis pas suffisamment autorisée à être heureuse. J’ai toujours remis cela à … « plus tard ». Je voyagerai quand j’aurai un boulot, je fonderai une famille lorsque j’aurai bien avancé dans ma carrière, … Il y a tant de projets que j’ai repoussé.

Je pense qu’il faut, de façon régulière dans notre vie, analyser ce qui nous a conduits à ce que nous sommes, ce que nous vivons. Si nos choix sont faits en pleine conscience et en complète adéquation avec nos besoins, nos valeurs, nos motivations profondes alors tout va bien. Si ce n’est pas le cas il va falloir opérer un changement pour ne pas, tôt ou tard, se retrouver submergé de regrets. Il est très désagréable de prendre conscience que l’on est passé à côté de sa vie alors autant que ce soit le plus tôt possible pour avoir le temps de changer les choses et profiter ensuite pleinement.

Notre vie se crée sur la base de nos propres choix, décisions petites ou grandes que nous prenons chaque jour. Si nous voulons changer notre vie il faut avoir cela en tête et prêter attention à toutes les opportunités qui se présentent à nous au quotidien.

Cet article me conforte dans l’idée que pour bien vivre il faut être particulièrement attentif  :

  • à nous même, notre bien être
  • à notre entourage,
  • à notre rapport avec le travail et l’argent

Ces thèmes font partie intégrante des « piliers » abordés sur mon blog. Cette première recherche est donc plutôt un bon début. J’aimerai conclure avec une citation qui convient très bien avec le sujet de cet article :

« Nous avons tous une première et une deuxième vie, et cette seconde vie commence le jour où l’on se rend compte que l’on a qu’une seule vie ».

Confucius – philosophe chinois qui a marqué sa civilisation car considéré comme le premier « éducateur » de la Chine (551 – 479 avant JC)

Et vous, qu’est-ce que vous avez déjà regretté ou qu’est-ce que vous avez peur de regretter un jour ?

Author

angee.myblog@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *