Etre mieux organisé(e)

6 avantages à planifier ses repas

« Qu’est-ce qu’on mange ? » « J’en ai pas la moindre idée, en plus y’a plus rien dans le frigo ». Ces phrases résonnent souvent chez vous ? Il est temps d’agir et de mettre en place un plan d’attaque. La stratégie imparable : planifier ses repas.

Planifier ses repas, en quoi ça consiste ? Et bien il s’agit tout simplement de déterminer à l’avance ce que l’on va manger à chaque repas et de dresser la liste de course qui va avec. Alors oui, vous allez me dire que planifier ses repas prend du temps et que du temps vous n’en avez pas. Mais j’ai listé pour vous tous les avantages à trouver un peu de courage pour le faire et vous allez voir que les arguments sont de taille.

Réduire la charge mentale du quotidien

Quoi qu’il en soit, lorsque l’on a la volonté de manger à peu près convenablement (parce qu’il est certain que cet article n’intéressera pas les personnes convaincues qu’il est préférable de manger des plats préparés), on passe bien 10 bonnes minutes par jour à se creuser la tête et à fouiller nos placards pour trouver quoi manger.

En plus on le fait généralement le soir alors que l’on est fatigué(e), que l’on ramène peut être un peu de stress du boulot et que l’on n’a plus aucune motivation pour rien, seulement une envie : se poser. Alors le casse tête du repas nous apparaît comme une contrainte supplémentaire dans notre journée déjà bien chargée et ajoute du stress et de l’énervement.

Alors quitte à perdre ces 10 minutes par jour, autant les regrouper et prendre une bonne fois pour toute le temps de faire ce travail de planification des repas. Ensuite on n’aura plus aucune question à se poser en rentrant à la maison puisqu’on saura déjà quoi préparer et qu’on aura prévu tous les ingrédients pour le faire.

Alors on peut enfin décompresser, écouter des podcasts en faisant la popote, discuter de la journée avec sa famille, cuisiner ensemble… Et trouver du plaisir à préparer le repas.

Varier et équilibrer ses repas

Un second avantage plutôt intéressant puisque l’on cherche à avoir une vie meilleure dans sa tête (« OK check » avec l’avantage n°1) et dans son corps, c’est le fait que planifier son menu permet de prévoir des repas variés et équilibrés.

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours en tête plus ou moins les mêmes ingrédients : riz, pâtes, tomates, courgettes, poivrons, aubergines (assez méditerranéen tout ça …) et je ne pense pas spontanément aux lentilles, haricots secs, boulgour, quinoa, … Pour vous ce sont peut être d’autres aliments mais tout ça pour dire qu’on a tendance à cuisiner toujours la même chose.

Planifier ses repas permet de s’assurer que l’on intègre dans le menu de chaque jour des fruits et légumes, des légumineuses, des céréales, des féculents, de la viande ou du poisson et des laitages. Et que sur la semaine tous ces ingrédients sont variés. Même si ça rend aimable on va éviter de manger 4 fois des carottes dans la semaine, il existe quand même suffisamment d’autres légumes pour trouver de quoi nous satisfaire. Et rappelons que chaque légume a des apports nutritifs différents, varier c’est garantir à son corps de combler un maximum de besoins nutritionnels et par conséquent d’être en meilleure forme.

La planification des menus permet également de manger plus sainement. Car le risque quand on n’a pas d’idée, qu’il est tard, qu’on est fatigué(e) de sa journée et qu’on n’a pas envie de réfléchir, c’est de sauter sur le premier plat préparé que l’on trouve au fond de son placard. Et on nous l’a assez répété, ces plats sont bourrés de sel, parfois même de sucre. Ils ne sont clairement pas bons pour notre santé. OK pour dépanner très occasionnellement mais il faudrait même essayer d’interdire l’accès à votre domicile à ce type de plats !

Il est tellement plus agréable de préparer soi-même son repas. D’abord c’est meilleur et puis on a la satisfaction de manger du « fait-maison ».

Réduire le gaspillage

Forcément, en achetant uniquement ce dont on a besoin pour la semaine on évite le gaspillage. Lorsque l’on fait ses courses sans « objectif » on se retrouve avec tout un tas d’aliments qui ne peuvent pas forcément se marier ensemble, souvent on a tendance à trop remplir le caddie en se disant inconsciemment qu’avec tout ça on trouvera bien de quoi se préparer à manger et je ne parle même pas de la tentation de prendre des produits qui ne sont pas bons pour notre santé. Et le caddie qu’on remplie alors qu’on a le vendre vide, on en parle ?

Avoir prévu ses repas est la garantie d’acheter seulement le stricte nécessaire. Et cet avantage est double car en plus de réduire notre sentiment de culpabilité au moment de mettre à la poubelle des aliments périmés, cela permet de faire des économies. C’est votre budget qui va être content 🙂 .

Il y aura parfois des repas finalement remplacés par un resto / une invitation de dernière minute, ou encore les furieuses envies de commander une pizza et se faire un film en la dégustant. Pas de panique il suffira alors de décaler les menus pour ne pas gaspiller ou de congeler ce qui peut l’être (d’ailleurs cela peut s’avérer très utile dans certaines situations !).

Vous allez me dire qu’il restera toujours les erreurs de quantités car, il est vrai, au début on ne sait pas toujours bien estimer ce dont on a besoin (surtout lorsque l’on cuisine pour plus de 2 personnes). Tout d’abord sachez qu’avec l’expérience vous apprendrez à mieux évaluer les besoins, d’autre part ce n’est pas dramatique. Là encore si certains aliments peuvent être congelés alors il ne faut pas hésiter à le faire (même s’il ne reste qu’un seul blanc de poulet il pourra être utilisé sur une pizza avec d’autres ingrédients par exemple). Par contre il faudra bien penser à l’inclure dans un prochain menu sinon on retrouvera notre blanc de poulet au fond du congèle 1 an plus tard … Pour les aliments que l’on ne peut pas congeler, il suffira de les intégrer dans un plat pour le menu de la semaine suivante ou de décaler les repas d’un jour.

Par ailleurs, afin de garantir que les repas seront élaborés avec des aliments frais je vous déconseille de faire les courses pour plus d’une semaine à l’avance, alors, à condition que vous preniez des fruits et légumes de bonne qualité, il n’y a pas de raison que vous ne puissiez pas les intégrer au repas de J+8.

Et pour ceux qui ont tendance à systématiquement prévoir trop, alors peut être que le problème peut tout simplement être solutionné en incluant un repas « restes » dans la semaine (par exemple le vendredi soir).

Gain de temps pour faire les courses

Si on sait ce que l’on va manger, on sait exactement de quoi on a besoin. Evidemment il faudra toujours ajouter les produits d’hygiène et d’entretien, les produits de base (farine, sel, levure, huiles, vinaigres, petits déjeuners, épicerie…) mais pour ce qui est des repas les courses seront effectuées bien plus rapidement qu’avant car on ne flânera plus dans les rayons en quête d’idées repas, on ira directement vers les produits de notre liste.

Et puis on a parlé des économies sur les produits jetés mais planifier ses repas permet aussi un gain de temps sur les allers-retours au supermarché parce qu’il manque un truc pour réaliser le repas du jour.

Un moment d’échange en famille

Parfois la préparation des repas est l’affaire d’une seule personne dans le foyer. Faire son menu de la semaine peut donc être une bonne occasion de faire participer les autres membres de la famille. Ainsi les enfants rechigneront moins à finir leurs assiettes et notre moitié, si elle n’est pas disponible pour les temps de préparation pourra au moins donner son avis et suggérer des plats.

On peut envisager de faire un premier travail de brainstorming familial pendant lequel chacun citerait ses plats préférés et cela deviendrait une liste de base pour définir les menus. Attention tout de même avec les enfants : frites, saucisses, hamburgers et autres pizza risquent fort de s’imposer … Ils peuvent tout à fait être intégrés au menu de la semaine mais certainement pas tous les jours. Il faudra définir les règles en n’oubliant pas de leur demander de proposer également des repas à base de légumes.

Et puis, comme vu plus haut, on pense souvent aux mêmes ingrédients, on a tendance à réaliser toujours les mêmes plats. Demander la participation de tous permet d’avoir plus d’idées. D’ailleurs il ne faut pas hésiter à échanger aussi avec d’autres personnes, chaque famille a plus ou moins ses habitudes alimentaires, échanger sur le sujet permet de découvrir de nouvelles recettes.

Enfin cela permet de sensibiliser les enfants à l’alimentation variée et équilibrée et de leur donner une bonne méthode d’organisation pour le jour où ils voleront de leurs propres ailes (bon d’ici là peut être que l’on se nourrira exclusivement de gélules :p mais dans le doute …).

Anticiper les préparations

Sans nécessairement parler de batch cooking (sujet qui sera abordé dans un prochain article), il est pratique de savoir à l’avance ce que l’on va manger, car certaines préparations peuvent impliquer une pré-cuisson, une décongélation, un temps de repos, …

Si on le sait à l’avance on peut s’organiser :

  • la veille pendant le repas du soir on peut en profiter pour mettre un légume dans le cuit-vapeur (à placer au frigo avant d’aller se coucher) pour le lendemain,
  • avant d’aller au lit, faire tremper les légumineuses pour le lendemain,
  • le matin on peut sortir un aliment du congélateur pour qu’il soit prêt à être cuisiné le soir

Cela permet notamment de manger des choses que l’on n’avait pas l’habitude de préparer parce que l’on pensait ne pas avoir le temps de le faire.

Personnellement j’aime bien profiter du temps du repas (pendant que je suis à table) pour préparer un autre repas. Pour cela il suffit d’enfourner une préparation, de mettre des légumes préalablement épluchés dans le cuit-vapeur, de cuire des pâtes/du blé/ du riz, éventuellement, pour celles et ceux qui ont la chance de posséder un robot type Thermomix, de lancer la préparation d’un autre repas. Et hop encore un peu de temps de gagné !

En résumé

Je l’avoue j’ai fait comme beaucoup de monde, j’ai procrastiné à l’idée de planifier mes menus parce que j’avais l’impression que cela me prendrai encore plus de temps de tout faire d’un coup. C’est sûrement un peu vrai les 2 ou 3 premières fois mais ensuite on fait l’exercice très rapidement et je ne parle même pas du gain de temps considérable lorsque l’on réutilise ses menus d’un mois sur l’autre. Pour aller plus loin sur le sujet je mettrai un article sur la manière de s’y prendre pour planifier ses menus (cf article « Planifier ses repas, oui mais comment on s’y prend ?« .

Bon nombre de personnes n’aiment pas cuisiner, mais je suis persuadée que c’est en grande partie à cause de la difficulté qu’elles ont à trouver des idées de repas à la dernière minute, parce qu’elles n’ont pas les ingrédients nécessaires ou encore parce qu’elles veulent faire des choses trop compliquées. Cuisiner est un plaisir, vous verrez, dès que vous aurez ressenti par vous même tous les bienfaits de cette organisation, vous aussi vous prendrez plaisir à faire mijoter de bons p’tits plats.

Et vous, comment vous vous organisez pour vos repas ? Est-ce que vous avez des astuces à partager avec nous ? On a hâte de vous lire sur ce sujet qui concerne tout le monde.

Author

angee.myblog@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *